Patrimoine
  Filature Lion
Filature de laine cardée


Cliquez sur une photo pour
la voir en grand


La Carderie appelée
aussi "les drousses"


   
Les renvideurs

   
Le bobinoir
Le bobinoir est un continu à filer.Ce procédé de filature a succédé au renvideur (photos ci dessus)

Texte : Mr Alain OUDART
   
Les excentriques

Remerciement à Mr Maurice CHEVREUIL pour l'envoi des photos de machines de l'ancienne Filature LION à Givonne (Haybes)

Photos datant approximativement des années 1946/50

 





Fabrication d'un tissu de laine cardée

La laine de provenances diverses était livrée en balles de 200 à 300 kgs.

Les balles de laine étaient stockées dans le magasin de matières premières, proche de la FILATURE. Souvent la salle des mélanges était associée à ce magasin. Le mélange consistait à réunir entre elles des fibres de diverses provenances ou de couleurs variées pour définir un coloris bien précis

Les toisons lavées ou teintes étaient passées dans le battoir où elles étaient secouées pour éliminer les pailles et poussières qui s'étaient fixées à elles. Puis le loup allait commencer à les séparer (ouverture de la matière) afin que les cardes qui allaient continuer ce travail le fassent dans de bonnes conditions.

L'atelier de lavage des toisons était souvent associé à celui de la teinture. Celle-ci pouvait s'effectuer sur le bourre, sur le fil ou bien encore sur les pièces de tissu.

Le mélange obtenu était arrosé avec un mélange d'eau et d'huile (l'ensimage) qui assouplit les fibres et les lubrifie. Elles glissaient ainsi plus facilement entre les crochets de l'assortiment de cardes, sans se briser.

L'assortiment de cardes était généralement composé de 3 éléments :

- La carde briseuse qui débutait la parallélisation des fibres.
- La carde repasseuse qui améliorait le travail de la précédente
- La carde fileuse qui confectionnait un premier fil : le fil floche.

Le fil floche n'avait aucune résistance, c'était le métier à filer (renvideur ou continu à filer) qui allait lui donner la ténacité nécessaire à son utilisation en lui imposant un certain nombre de tours de torsion. La torsion du fil variait selon la destination du fil (chaîne ou trame, tricotage, effets spéciaux)

Le renvideur conditionnait le fil sur de petites fusettes de carton. Afin de faciliter la manutention du fil, son stockage et son utilisation pour la suite des opérations, il était nécessaire de le disposer sur des cônes de cartons plus gros de manière à former des bobines de fil plus conséquentes.

Le fil travaillé jusqu'à ce stade pouvait être utilisé tel quel. Mais parfois il n'était pas assez gros, ou bien il était souhaitable d'y associer un fil de couleur différente. Deux opérations, l'assemblage suivi du retordage, allaient permettre d'obtenir les résultats recherchés. Le retordage rendait le fil plus gros mais aussi plus résistant.

Les travaux de filature étaient terminés. L'ourdissage était la première des opérations de tissage. Cette opération consistait
à assembler, côte à côte, un nombre et une longueur de fils déterminés qui allaient constituer l'un des deux éléments du tissu. : la chaîne. L'ensemble des fils ourdisétait enroulé sur l'ensouple du métier à tisser.

Les mélanges de matières textiles ne donnaient pas toujours un fil d'une solidité parfaite. L'incorporation de "laines renaissances" devait être compensée par un encollage de la chaîne, afin que l'opération de tissage connût un rendement optimum.

L'ensouple, garnie des fils de chaîne étaient placée à l'arrière du métier à tisser. Elle allait se dérouler progressivement, au fur et à mesure de la confection du tissu. Le métier à tisser allait insérer, au travers des fils de chaîne, le deuxième élément du tissu : la trame. Le Tisserand surveillait la bonne marche de la machine, il changeait les canettes de trame des navettes.

Une salle de tissage comprenait plusieurs métiers ou machines à tisser. Le Tisserand surveillait selon les difficultés du tissu de 1 à 24 machines

Après avoir reçu une première visite et quelques opérations de filetage et d'énouage, le tissu allait obtenir son aspect final et marchand lors des opérations d'ennoblissement. Le foulage était l'une des opérations les plus surprenantes : il utilisait la propriété feutrante de la laine et l'apprêteur utilisait tout son savoir-faire pour obtenir les retraits recherchés.

Le lainage allait modifier la surface du tissu et y développer un poil plus ou moins abondant, rendant le tissu plus chaud et plus confortable.




Définitions :
  • Carder : v.t - Peigner, démêler les fibres avec la carde
  • Carde : Machine garnie de pointes métalliques pour peigner les matières textiles
  • Cardé : Fil généralement composé de fibres courtes et grossières et n'ayant pas subi l'opération de peignage



  • http://givonne08.free.fr
    Site Officiel de Givonne
    LAMBERT & Co 2006-2012

    Toute reproduction interdite


       

          







  • Envoyez ce site à un ami
  • Nous contacter

  • METEO de GIVONNE
    Aujourd'hui :

    Prévision météo de Givonne, cliquez ici ...



    Visites

    Site optimisé pour :