Presse :  Article paru le 30 janvier 2011 Menu des articles de presse

Philippe Muset a acheté la Cadillac blindée que Roosevelt avait offerte au maréchal Pétain.
Il pose pour la photo dans la rue Pétain de Tremblois-lès-Carignan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe MUSET, collectionneur de voiture.
Il aurait dégoté la Cadillac de Petain


   ELLE est un peu fatiguée, la Cadillac du Maréchal, mais elle reste impressionnante avec ses 6,60 mètres de longueur et les 2,8 tonnes qu'elle affiche sur la bascule. D'où la nécessité d'avoir installé sous l'interminable capot un énorme moteur V8 de 6 litres de cylindrées. Voilà pour les premiers caractéristiques de la « Cadillac 75 four door type Sedan » (sic) de 1938.

   Cette auto aurait été régulièrement utilisée par le maréchal Pétain entre 1939 et 1945. L'histoire dit que cette voiture avait été offerte au gouvernement français par Roosevelt. Elle avait été ensuite occasionnellement utilisée par Pétain, qui paradait également dans sa Renault Vivastella.

   Par hasard. Philippe Muset, grand collectionneur de voitures devant l'Éternel, et ce depuis une petite quarantaine d'années (ce Givonnais a 61 ans), se retrouve en fait propriétaire de cette drôle de bagnole tout à fait par hasard : « C'est une vieille histoire qui remonte à février 2002. Suite à une annonce parue dans le magazine « La Vie de l'Auto », j'avais reçu un courrier d'un docteur de Béziers, qui me signalait qu'il avait à vendre une Cadillac ayant appartenu au maréchal Pétain. À l'époque, je venais d'acheter une magnifique Delage DI 12 de 1938, et je ne voulais pas investir de nouveau. »

Une voiture de prestige
Et M. Muset de poursuivre : « J'ai donc décliné l'offre. Et puis, en mars 2010, alors que je regardais à la télé un documentaire sur « la drôle de guerre », j'ai vu Pétain et la Cadillac. Je me suis dit « merde, et dire qu'on me l'avait proposée, cette voiture ». Finalement, sur insistance de plusieurs amis, j'ai retéléphoné, sans aucune illusion, au collectionneur de Béziers. Il m'a alors appris qu'il avait toujours la voiture, mais qu'elle se trouvait près de Nantes. En fait, il l'avait prêtée à un ami qui souhaitait faire des mariages avec, mais elle était réellement trop imposante et il l'avait remisée dans un garage ». Comble de coïncidence, le propriétaire de cette voiture qui habitait à l'autre bout de la France était d'origine guadeloupéenne et avait été, dans les années quatre-vingt-dix, responsable du Samu de l'aéroport de Pointe-à-Pitre, là où précisément Philippe travaillait en tant que directeur administratif chez Corse Air Cargo.

   Ils ne s'étaient jamais croisés, mais avaient quelques amis communs. Bref, le courant est bien passé et la voiture a été cédée pour un prix des plus raisonnables, pour ne pas dire un prix d'ami.

   Reste à savoir si c'est la bonne (lire ci-dessous). « Une chose est sûre, même si ce n'était pas celle de Pétain, il s'agit d'une voiture de prestige extrêmement rare. Il n'y en a eu que quelques-unes importées en Europe, dont une pour le Vatican », explique Philippe, qui reste persuadé que c'est bien la voiture de Pétain qui dort désormais dans son garage, mais qui ne devrait pas tarder à se retrouver sur le marché… Avis aux experts !









Quelques photos trouvées sur Internet :




Autre article trouvé sur Internet :


  Cette Cadillac aurait donc été offerte au Maréchal en 1939 par le président Roosevelt. Philippe Muset a épluché de nombreux documents à ce sujet. D'autres sources affirment que cette voiture appartenait en fait à l'armée, mais elle faisait office de voiture de service pour le chef de l'État, tandis que la Vivastella restait la voiture officielle.

  La Cadillac de Pétain peut être vue sur plusieurs films d'archives de l'Institut national de l'audiovisuel (Ina). Le maréchal s'est d'ailleurs enfui à Sigmaringen à bord de cette voiture.
  En avril 1945, lorsqu'il décide de se rendre aux autorités françaises, c'est encore à bord de cette Cadillac qu'il se présente au poste frontière suisse des Hôpitaux neufs (cette scène a été filmée).
  La voiture sera ensuite rapatriée sur Paris où l'on perdra sa trace après qu'elle fut remisée à la caserne des Célestins.
Il existe cependant une photo datant de la fin 45, où on voit le général De Lattre de Tassigny à son bord lors d'une inspection des troupes françaises en Allemagne.
  Elle aurait été ensuite vendue, via les Domaines, à un particulier en 1946.
  Ensuite, plus de nouvelles… jusqu'au rachat à un privé par le docteur de Béziers (en poste à Bordeaux au moment de la transaction).
  

 

   



http://givonne08.free.fr
Site Officiel de Givonne
LAMBERT & Co 2006-2012

Toute reproduction interdite


   

      







  • Envoyez ce site à un ami
  • Nous contacter

  • METEO de GIVONNE
    Aujourd'hui :

    Prévision météo de Givonne, cliquez ici ...



    Visites

    Site optimisé pour :